Objectif 11 : la ville à hauteur d’enfants

La crise sanitaire a ébranlé nos quotidiens et nos certitudes, mais elle nous a également offert la possibilité de faire advenir un monde meilleur. Cela passe impérativement par la création des conditions d’épanouissement de nos enfants. Nos rues, nos écoles, nos collèges, nos crèches, nos cantines et plus largement notre politique éducative y contribueront. Nous mettrons les moyens nécessaires pour répondre aux enjeux démographiques et climatiques. Nous investirons 230 millions d’euros pour la construction et la rénovation des écoles pour que celles-ci soient adaptées aux hivers froids et aux épisodes de canicule. Envisager la ville à hauteur d’enfant permettra de les voir grandir heureux, en chemin pour devenir des citoyens épanouis et responsables.

Lutte contre les inégalités scolaires post confinement

Le confinement a creusé les inégalités entre les élèves, nous renforcerons donc les activités d’accompagnement extra-scolaires pour toutes et tous. Nous doublerons l’offre d’accueil de loisir lors des vacances d’été. Nous construirons pour cela un partenariat avec le milieu culturel et l’Éducation Nationale pour proposer des activités créatives, participatives et enrichissantes.

230 millions d’euros pour nos écoles

Lyon aura un plan d’investissement massif pour répondre aux défis démographiques et climatiques :

  • Végétaliser et débitumer les cours d’école pour lutter contre les îlots de chaleur. Nous rapprocherons les enfants de la nature tout en apportant fraîcheur, nature et biodiversité dans la ville. Nous planterons des arbres (en veillant aux espèces non allergisantes), préserverons des espaces de pleine terre et remplacerons le goudron par des revêtements clairs et naturels. La communauté éducative, les acteurs des quartiers, les enfants seront associés à la conception et la réalisation des espaces végétalisés et de jeu qui favoriseront la coopération et la mixité entre enfants.
  • Rénovation des bâtiments pour adapter les écoles aux canicules et diminuer les pertes d’énergie. Nous renforcerons le plan canicule pour rendre toutes les écoles plus confortables, ainsi que les crèches et les centres sociaux (brumisateurs, installation de stores ou de brise-soleil, ombrières, aménagement d’une salle rafraîchie).
  • Réponse à l’augmentation de la démographie en construisant de nouvelles écoles dans les arrondissements en tension (7ème, 8ème, 9ème). Chaque enfant doit avoir accès à une école publique de proximité, à taille humaine, favorisant la mixité sociale et assurant le maintien des fratries tout au long de la scolarité.
  • Renforcement de l’accessibilité des écoles aux personnes en situation de handicap.
Un projet éducatif basé sur la transition écologique
  • Simplification de l’accès à la nature : journées « vertes », classes « agriculture », visites des parcs naturels, installation de jardins pédagogiques, partenariats avec les espaces verts etc.
  • L’apprentissage du vivre ensemble commencera dès le plus jeune âge, apprendre le respect de la différence, l’égalité femme – homme, l’empathie et la sensibilité seront également intégrées au plan d’éducation.
  • L’épanouissement et la réussite scolaire des enfants seront également assurés par la pratique et les rencontres artistiques et culturelles et l’apprentissage d’une utilisation responsable des outils numériques.
Une restauration collective axée autour des objectifs de santé et de bien-être
  • Objectif 100% des repas des cantines des crèches et des écoles issus de l’agriculture biologique et 50% des aliments d’origine locale, c’est-à-dire produits à moins de 50km du lieu de consommation.
  • Deux repas seront exclusivement végétariens chaque semaine et une alternative végétarienne quotidienne permettront de financer la transition vers le bio. Nous serons à la hauteur de notre statut de capitale de la gastronomie et ferons appel aux chef·fe·s lyonnais·e·s pour que ces repas soient qualitatifs.
  • Construction de cuisines pour décentraliser petit à petit la restauration collective : nous pouvons et devons améliorer encore la logique de circuit court. A terme, nous aurons une cuisine par arrondissement pour réduire le transport et faciliter l’approvisionnement local.
  • Application de la Charte des villes et territoires sans perturbateurs endocriniens pour protéger les générations futures.
Amélioration de la qualité de l’air et sécurisation des abords des écoles
  • Piétonisation de la voirie devant écoles et crèches de façon temporaire ou définitive.
  • Aménagement de “zone de rencontre” : priorité aux piétons, pas de stationnement et limitation de la vitesse à 20 km/h.
  • Ces lieux seront donc facilement accessibles à vélo, en trottinette et sans danger pour nos enfants.Les écoles seront progressivement équipées d’une flotte de vélos municipaux, qui sera entretenue par des ateliers associatifs de réparation de vélo. Tous les enfants passeront le « permis vélo – trottinettes ». Nous accompagnerons aussi les parents qui souhaitent développer la pratique du vélo avec leurs enfants.
Un accueil bienveillant et de qualité pour vos enfants
  • Renforcement de la formation continue du personnel dédiée aux activités périscolaires et extrascolaire. Le travail de préparation des activités des animateurs et animatrices sera reconnu et des formules de contractualisation facilitant leur mobilisation sur des projets de long terme seront privilégiées.
  • Création des postes et formation pour celles et ceux qui s’occupent de vos enfants. Agents territoriaux spécialisé·e·s des écoles maternelles (ATSEM), les auxiliaires de vie scolaire (AVS), seront formés pour leur permettre également de déployer le plan éducatif territorial.
  • Les conditions d’un dialogue permanent entre les enfants, les équipes éducatives, les élu·e·s, les services municipaux seront revisités et renforcés.
  • A chaque enfant, quelle que soit sa différence, sera offert un parcours d’éducation adapté à ses besoins et aspirations en concertation avec l’enfant, la famille et la communauté éducative.
Des rythmes scolaires rénovés pour le bien-être des enfants lyonnais
  • Aménagement de l’organisation du temps scolaire. Ces mesures seront soumises à la concertation dès le début du mandat pour permettre la mise en place de ces aménagements à la rentrée 2022. Il s’agirait de modifier le temps périscolaire des après-midis : 1ère tranche : 16h45-17h45 et 2ème tranche 17h45-18h30. Lors de la deuxième tranche, les parents pourraient venir chercher leurs enfants au fur et à mesure.
  • Une conférence des acteurs de l’éducation avec toutes les parties prenantes dont les enfants, les parents d’élèves, les enseignants, les associations et des expert·e·s. sera mise en place dès 2021 pour revisiter les rythmes scolaires pour la rentrée 2023. Il s’agira de co-construire de nouveaux rythmes scolaires dans « l’intérêt supérieur des enfants » tel que défini dans la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE).
Développement de l’offre d’accueil des enfants les mercredis après-midi et vacances scolaires

Augmentation des moyens des réseaux d’éducation populaire (développement des Maisons des Jeunes et de la Culture (MJC), centres sociaux, Maisons de l’enfance, centres socio-culturels…) afin qu’un maximum de familles puisse bénéficier d’une offre de qualité et que les associations puissent développer plus de projets citoyens à l’échelle des quartiers.

La politique d’éducation pour la petite enfance doit être une priorité
  • Création de crèches municipales : chaque famille aura le choix de son mode de garde, entre plus de places en crèches disponibles et des assistant·e·s maternel·le·s travaillant de manière plus collective.
  • Les crèches municipales, ainsi que les locaux des Relais d’Assistant·e·s Maternel·le·s (RAM), auront un accès à un espace extérieur végétalisé, il s’agit d’une nécessité absolue pour nos enfants.
  • Toutes et tous les assistant·e·s maternel·le·s seront formé·e·s régulièrement et devront rejoindre un Relais d’Assistant·e·s Maternel·le·s (RAM) pour le bien-être des enfants. Ces lieux deviendront un espace d’accueil, d’informations sur les gestes écoresponsables à adopter ainsi que sur la santé (notamment sur l’impact des écrans sur les tout-petits) et des ludothèques. Nos bambins doivent pouvoir passer un jour par semaine dans une structure collective.
  • Encouragement de l’utilisation de couches lavables, sachant que la fraction hygiénique (comportant les couches, mais également les serviettes hygiéniques, cotons, lingettes…) représente 5% des ordures ménagères, soit environ 19 kg par habitant·e par an.
  • Création d’une plateforme internet d’information sur les offres d’accueil dans les crèches et auprès des assistant·e·s maternel·le·s et sur les activités périscolaires et culturelles pour l’enfance.

Photo à la une de Ben Wicks sur Unsplash

Partagez ces informations avec vos relations :