Objectif 15 : Lyon plus solidaire

La crise sanitaire a aggravé les inégalités sociales et montré les failles de notre système de solidarité. A l’inquiétude face à la maladie s’est ajouté un profond sentiment d’injustice. Les quartiers prioritaires de la politique de la ville et les communes les moins aisées ont été les plus les communes les moins aisées ont été les plus impactes par la crise sanitaire et ses conséquences, ils ne doivent être les laissés-pour-compte du monde d’après. Pourtant, si la crise sanitaire a révélé l’impréparation des dispositifs sociaux, des administrations, et un défaut de coordination, elle a aussi montré la réactivité du tissu associatif et des liens de solidarité. Nos propositions visent à rendre ces institutions du lien social plus solides et résilientes, pour panser les blessures de la crise actuelle, et permettre de faire face plus sereinement à l’avenir. Il est nécessaire de changer de modèle, de mettre en place un plan de transition pour tou·te·s et non un plan de relance pour quelques un·e·s

Actions pour réduire la précarité étudiante
  • Création du RSA jeune, voir notre proposition dans le programme métropolitain.
  • Renforcement de l’aide sociale dans les campus de Lyon afin d’accompagner les jeunes dans leurs démarches, trouver des solutions d’urgence, informer et sensibiliser afin de ne plus laisser des étudiant·e·s livré·e·s à eux-mêmes.
  • Développement des colocations intergénérationnelles en mettant en relation les jeunes et les personnes âgées intéressées notamment.
  • Gratuité de la carte culture pour tous les 18 – 25 ans et pour tou·te·s les étudiant·e·s, sans restriction d’âge !
  • Amplification des épiceries solidaires sur tous les campus. Les dispositifs existants sont actuellement embryonnaires, nous les développerons et les amplifierons.
Relance de la démarche Ville Amie des Aînés (VADA)

Nous relancerons ce programme par solidarité envers toutes et tous, pour que Lyon s’adapte aussi au défi de la longévité et soit un territoire accueillant à tout âge. Nos propositions plus concrètes en faveur des personnes âgées sont dans le programme Métropole.

Respect d’une pleine citoyenneté pour les personnes handicapées

Nous garantirons les droits des personnes handicapées et nous appliquerons l’accessibilité universelle effective (incluant le FALC-”Facile A Lire et Comprendre”). Nous faciliterons l’accès aux droits en nous assurant également du non-renoncement aux droits. Nous mettrons en place une “brigade accessibilité” en charge de réaliser les travaux d’adaptation nécessaires.

Actions contre le non-recours

Il s’agit des prestations qui auraient dû être versées mais qui ne le sont pas parce que les bénéficiaires finissent par y renoncer. On estime le taux de non recours à 60% (estimation basse). Si les aides non versées apparaissent comme des économies budgétaires pour les collectivités à court terme, en réalité le coût social à long terme est bien supérieur. Le non recours aggrave les inégalités sociales et conduisent les CCAS à devoir verser des aides financières et alimentaires d’urgence. Le non recours à la CMU-C conduit à un renoncement aux soins, ce qui constitue un véritable enjeu de santé publique. Face à ce constat, nous proposons :

  • Renforcement du rôle des travailleurs sociaux des Centres Communaux Action Sociale (CCAS) dans le repérage des personnes non requérantes.
  • Création des baromètres du non-recours autour de trois objectifs : la détection et le renseignement des situations de non-recours, l’analyse collective des raisons et des solutions possibles, et enfin l’orientation de ces dernières vers les institutions concernées pour agir durablement sur les causes.
Renforcement des dispositifs d’hébergement pour personnes sans abri

Actuellement saturés et incapables de répondre à la demande, nous augmenterons l’effort collectif pour résoudre ces situations indignes :

  • En poursuivant et en renforçant l’approche « logement d’abord », qui vise à l’accès direct au logement des personnes sans-abri, et qui a prouvé son efficacité dans de nombreux pays.
  • En améliorant les mécanismes de veille, de diagnostic des besoins et de coordination des acteurs dans la lutte contre le sans-abrisme mais aussi le logement précaire.
  • En fixant un objectif de résorption totale des bidonvilles et campements dans le respect des droits des personnes et de la dignité des occupants, conformément aux nouvelles orientations nationales.
  • En améliorant la gamme de réponses : ouverture de nouvelles places d’hébergement d’urgence, y compris de nouvelles places réservées aux personnes les plus vulnérables ; développement de l’habitat temporaire dans des lieux vacants ; soutien à l’intermédiation locative ou au conventionnement dans le parc privé pour aider l’accès au logement ; développement des initiatives de prévention des expulsions locatives ; renforcement de l’accompagnement social des personnes.
  • En adhérant à la Charte des Villes et Territoires Accueillants et en assurant l’hébergement digne des primo-arrivants, dans des lieux à taille humaine.
  • En soutenant l’offre de cours d’alphabétisation et de français, et en renforçant l’accès au droit des personnes par des permanences d’information juridique.
Partagez ces informations avec vos relations :