Objectif 9 : biodiversité : aux arbres, citoyen·ne·s !

La pandémie de coronavirus est considérée par la communauté scientifique comme une conséquence d’une crise et mutation écologique mondiale. Elle est liée aux pressions exercées sur les écosystèmes et à la destruction de la biodiversité. Nous subissons de plus en plus les effets néfastes du tout béton sur notre santé. Il est temps de remettre de la nature en ville, en renouant avec le vivant, afin de concilier bien-être animal et humain. Nous végétaliserons massivement Lyon et la Métropole afin d’apporter de la fraîcheur, favoriser la biodiversité et stocker le carbone que nous émettons. Dans une approche de « ville en transition », tous les projets privilégieront une démarche participative de coconstruction et une implication citoyenne, de la conception à la réalisation, jusqu’au suivi et à l’entretien

Chaque habitant·e aura accès à un îlot de fraîcheur à moins de 5 minutes à pied

La végétalisation de la ville sera plurielle et adaptée aux arrondissements :

  • Intégration d’espaces végétalisés dans chaque projet d’aménagement urbain, nous planterons des arbres en pleine terre dès que nous en aurons l’occasion, soit au moins 3000 arbres par an en solde net.
  • Création de forêts urbaines et densification de la plantation d’arbres : parc Blandan, rue Dr Bouchut… Les forêts urbaines seront des îlots de fraîcheur, des puits de carbone et des refuges de biodiversité, avec des variétés d’arbres locales.
  • Implantation du second poumon lyonnais : les Balmes de Fourvière. Nous constituerons une grande forêt urbaine : les Balmes de Fourvière, d’une superficie de près de 80 hectares. Cela représentera plus de la moitié de celle du Parc de la Tête d’Or, ce qui en fera le second plus grand ensemble végétal de la ville (son « second poumon »). Le projet visera également à poursuivre la restauration des continuités de cheminement mettant à profit la coulée verte de l’ancienne ligne de chemin de fer de la compagnie « Fourvière Ouest Lyonnais ».
  • Création d’un verger municipal dans chaque arrondissement, nous planterons des fruitiers dans les parcs existants et nous encouragerons les Incroyables Comestibles.
  • Végétalisation des cours d’école, toitures terrasses municipales et parcs de jeux et réduction forte des surfaces artificialisées (10 hectares/an) pour développer la perméabilité.
  • A vous de végétaliser ! Développement du permis de végétalisation par les citoyen·ne·s dans les rues et places des quartiers (micro-implantations florales) et accompagnement des copropriétés à verdir leurs cours et murs grâce aux associations dédiées (potagers, jardins).
  • Extension des horaires des parcs l’été pour prolonger l’accès à la fraîcheur.
  • Étude pour la végétalisation de chaque rue proposée aux riverain·e·s.
Vers une évolution du Plan Local d’Urbanisme pour atteindre l’objectif de préserver les espaces non urbanisés (zéro artificialisation nette) à Lyon

Création d’un grand plan biodiversité

Afin de stopper la disparition massive d’espèces vivantes, notre plan biodiversité s’appuiera sur le Plan de Développement des Espaces Naturel de la Ville et la trame verte et bleue métropolitaine :

  • Des fleurs pour les abeilles : plus de 80% des insectes pollinisateurs ont disparu d’Europe ! Nous appliquerons un plan abeille en transformant les friches urbaines et industrielles en prairies fleuries, en aménagement des espaces verts sur les bords des routes, en plantant des arbres mellifères dans les projets urbains et en végétalisant les toitures des immeubles. Le retour des insectes pollinisateurs est une des conditions indispensables pour la préservation de la flore et de la faune, principalement les oiseaux. Nous travaillerons en lien avec les arboriculteurs et le centre de ressources de botanique appliquée pour favoriser l’implantation de nichoirs à abeilles sauvages dans les vergers.
  • Interdiction de l’utilisation des pesticides en espaces extérieurs.
  • Tous les projets d’aménagement urbain devront renforcer la biodiversité, nous multiplierons les actions de renaturation : mares, noues, haies, abris, limitation de la pollution lumineuse…
Respect du bien-être animal

Nous prendrons en compte le bien-être animal et leurs droits :

  • Option végétarienne quotidienne en cantine scolaire
  • Commande publique de produits d’entretien « 100 % non testés sur les animaux »
  • Développement de la contraception ou de la stérilisation pour limiter la population des pigeons et chats errants
  • Développement des caniparcs
  • Interdiction de cirques détenant des animaux sauvages sur le territoire lyonnais.
Transformation du zoo de la Tête d’Or pour améliorer le bien-être des animaux sauvages

Nous ne pouvons plus aujourd’hui exposer comme au 19ème siècle des animaux qui sont aujourd’hui en danger d’extinction dans leurs milieux naturels :

  • Nous ouvrirons un dialogue avec les propriétaires des animaux enfermés en lien avec les Lyonnais·e·s
  • Nous engagerons un audit pour trouver des solutions adaptées à chaque animal (parc adapté, refuge, étude sur des relâchés possibles…)
  • Nous créerons un refuge pour animaux de la ferme, refuge pédagogique en partenariat avec les écoles.
Partagez ces informations avec vos relations :