programme du 2ème arrondissement

les mesures phares

Ouverture d’une cité des artisans réparateurs

Pour limiter notre empreinte matérielle et les pollutions associées, nous souhaitons développer l’économie de la réparation. Pour cela, nous créerons une cité des artisans-réparateurs, un tiers lieu où artisans, créateurs, réparateurs pourront s’associer pour donner une seconde vie aux objets des habitants.

Ce lieu pourra aussi abriter une nouvelle bibliothèque d’objets qui permettra de partager, à l’instar d’une bibliothèque classique, des objets peu utilisés au quotidien, notamment des objets électroménagers.

Un projet citoyen pour le port de l’Occident

Nous lancerons un appel à projets pour faire du “Port de l’Occident” un nouveau lieu de rencontre, de créativité et d’activité. Cet espace historique de l’arrondissement doit être mis en valeur et nous travaillerons avec son propriétaire, VNF, et la Métropole pour en faire un lieu écologique accessible à tout·e·s.

Ce lieu historique pourrait être un beau projet citoyen culturel pour donner vie, au moins temporairement, à ce bâtiment. Une grande concertation pouvant aboutir à une participation citoyenne pour aménager et penser les lieux.

Création d’une médiathèque dans le quartier de Confluence

Nous créerons une médiathèque et une ludothèque en-dessous des voûtes pour répondre à un besoin de milliers d’habitants qui n’ont pas accès à un espace culturel et de divertissement.

La bibliothèque municipale étant proche de la mairie, nous pensons que le nouveau quartier de Confluence et Sainte-Blandine doivent pouvoir accéder à une médiathèque de qualité. Par ailleurs, les médiathèques font un travail remarquable pour réduire la fracture numérique.

Un deuxième arrondissement 100% cyclable et un REV qui devient réalité

Malgré des données encourageantes sur l’arrondissement, nous pouvons aller plus loin pour assurer que tous les lyonnais·e·s peuvent se déplacer sans moteur thermique. En effet, une majorité des déplacements se fait déjà à pied, à vélo ou en transports en commun et 47% du 2ème arrondissement sont cyclables.

Nous avons la volonté de faire de Lyon 2 le premier arrondissement 100% cyclable de la ville. Outre la généralisation de la ville 30 km/h et du double-sens cyclable, nous assurerons que les déplacements à vélo puissent être effectués sur des aménagements sécurisés, permettant tant aux familles qu’aux vélotaffeurs de se déplacer rapidement et en toute sécurité.

Afin que chaque habitant·e puisse avoir son vélo ou VAE (vélo à assistance électrique), nous développerons massivement les boites de stationnements sécurisées sur d’anciennes places de stationnements automobile. L’acquisition du VAE pourra se faire grâce à l’aide financière qu’on mettra en place à la Métropole pour se libérer de la voiture (un choix parmi trois options).

Le Réseau Express Vélo (REV) que nous proposons passera tant sur les quais de la Saône que sur ceux du Rhône. Il connectera les habitants aux arrondissements limitrophes, ainsi qu’à la Mulatière par une nouvelle passerelle vélo-piétonne.

La fin d’une autoroute pour faire un boulevard urbain apaisé

Afin d’assurer un apaisement global de la circulation automobile et une diminution de la pollution engendrée, le REV ne sera pas le seul aménagement qui sera fait sur la rive droite du Rhône.

Dans une optique de moyen terme, nous lancerons un chantier de requalification de la rive droite du Rhône en boulevard urbain apaisé, une composante importante pour, à terme, réduire les pollutions et rendre ces espaces publics aux lyonnais·e·s. Nous pouvons imaginer de larges espaces piétons ombragés, un piste cyclable bidirectionnelle de 4 mètres de large et une ligne de tram T7, reliant notamment Bellecour à Part-Dieu.
En provenance de Part-Dieu, le tram T7 passera sur le Pont Wilson, avant de tourner à gauche en direction de l’Hôtel Dieu. Sur ce tronçon, le tram sera alimenté par les rails, sans caténaire. Couplé à une libération d’espace devant l’Hôtel Dieu, nous permettrons ainsi une mise en valeur du formidable patrimoine que constitue l’édifice. Cette mise en valeur n’est pas seulement esthétique, mais permettra bel et bien de préserver l’Hôtel Dieu par la diminution de la pollution à proximité.

Une ville à hauteur d’enfant – Stop Pollution !

Trop nombreux sont les enfants qui respirent un air pollué à longueur de journée. Que ce soit pour l’air intérieur ou extérieur, les particules inhalées sont un risque pour la santé des enfants ! C’est en ce sens que nous commanderons un audit sur la qualité de l’air intérieur – notamment dans les écoles – et que nous lancerons une vaste campagne de communication pour sensibiliser aux bonnes pratiques pour un bon air intérieur.

Certaines écoles comme l’école maternelle Gilibert ou l’école de Condé sont à proximité de la M7 ou de l’échangeur de Perrache. Nous demanderons donc une étude détaillée des polluants dans ces écoles, afin de prendre les dispositions nécessaires pour la réduction de ces derniers.

Enfin, les rues aux abords des écoles seront piétonisées, afin de limiter la pollution à proximité et faciliter l’arrivée des enfants et de leurs parents.

Des cantines 100% bio et 50% locales

Parce que la santé de nos enfants et la préservation de la biodiversité et du climat sont au cœur de nos engagements, nous souhaitons passer tous les repas des cantines en alimentation 100%bio et 50% locale d’ici la fin du mandat.

Afin de faire notre part à la lutte contre le changement climatique, une option végétarienne sera proposée tous les jours et deux jours seront exclusivement végétariens. Ces repas pourront être élaborés avec l’excellence de nos divers chef·fe·s lyonnais·e·s.

Pour des écoles rénovées et isolées et des cours dé-bitumées et végétalisées

Pour lutter contre l’effet des îlots de chaleur urbains, nous allons débitumer et végétaliser les cours des écoles. Créer plus d’espaces ombragés, avec des espèces végétales adaptées aux enfants, permettra de diminuer le risque de santé lié aux îlots de chaleur et permettra une reconnexion permanente avec le végétal.

Un arrondissement dans un jardin

Le changement climatique est un phénomène irréversible, les scientifiques prévoient pour Lyon le climat de Madrid ou d’Alger d’ici 2050. Ce contexte nécessite en réponse une adaptation importante, dont la végétalisation de la presqu’île, hypercentre très minéral de Lyon.

Pour limiter le développement d’innombrables climatiseurs, nous souhaitons planter un arbre ou arbuste par habitant. Un arbre pouvant remplacer jusqu’à 5 climatiseurs, nous avons un fort enjeu de créer des espaces de fraicheurs, aménagés pour être un vrai espace de vie pour toutes et tous. Un exemple concret est la place Carnot qui a une bonne canopée, mais qui mériterait davantage d’équipements pour créer un espace de vie pérenne.

Pour aller plus loin et remettre de la nature en ville, une bonne partie de ces arbres plantés seront des arbres fruitiers qui s’associeront bien aux deux jardins partagés que nous créerons avec les habitants dans le quartier d’Ainay et à Bellecour.

Au-delà du jardin partagé, nous
étudierons la végétalisation d’une partie de la place Bellecour par une forêt de futaies.

Piétonisation

Après les premières expérimentations piétonnes de 2019, le cap est d’aller progressivement vers une piétonisation de la presqu’île de Perrache jusqu’au plateau de la Croix Rousse.
Pour y arriver, il nous faudra continuer la concertation avec les habitants et les commerçants et être plus ambitieux. Nous espérons plus de retours et souhaitons porter des expérimentations sur des semaines entières, voire d’une manière prolongée.

Nous avons rencontré plusieurs associations de commerçants et des comités d’intérêts locaux.
Leur demande est claire : ne pas mettre en péril l’existence des commerces, notamment indépendants, de permettre des livraisons simples, et pour certains, de permettre la récupération de commandes. Pour favoriser une circulation intelligente sur la presqu’île, nous créerons des
plans de circulations restrictifs, à l’instar de Barcelone, alliant rues piétonnes, vélorues et zones de rencontres. Certains axes traversants resteront ouverts à la circulation et d’autres seront utilisés par les seuls riverains, commerçants et intéressés, c’est ainsi que nous limiterons le trafic de transit.

Piétonisation temporaire COVID-19

Pour garantir la distanciation physique nécessaire et permettre à nos commerçants de retrouver une activité importante, nous proposons de transformer la partie marchande de la presqu’île en « zone de rencontre » temporaire jusqu’à ce que la crise sanitaire soit terminée.

Ces « zones de rencontres » permettront aux piétons de déambuler sur la chaussée en limitant les vitesses des vélos et voitures à 20 km/h. Avec cette mesure d’urbanisme tactique, nous souhaitons apaiser la presqu’île et équilibrer l’espace public en fonction des contraintes sanitaires qui s’imposent.

Les commerçants pourront aussi, à leur demande, faire libérer de l’espace devant leurs commerces, afin de mieux organiser les files d’attentes et augmenter leur visibilité pour les passants.

D’avantage de solidarité

Face à une réalité grandissante, inquiétante, de l’augmentation des agressions sexuelles, des violences conjugales et des agressions homophobes et racistes, nous allons ouvrir un nouveau lieu d’accueil temporaire sécurisé pour accueillir les personnes concernées.

En plein cœur de la ville Lumière qu’est Lyon, il ne nous est pas acceptable de voir des personnes, et notamment des enfants scolarisés, dormir dehors. Par un travail concerté avec les acteurs associatifs en place, qui font un travail remarquable, et en mettant à disposition des locaux vacants temporaires, l’objectif est clair : personne n’aura à dormir et vivre dehors dans le 2ème arrondissement. C’est en ce sens aussi que nous réouvrirons des douches communales.

Enfin, nous créerons un lieu de collecte de protections menstruelles au sein de la mairie d’arrondissement pour ne laisser aucune femme vivre une telle précarité.

Police de proximité

Nous souhaitons rapprocher la police municipale des habitants et lui redonner les tâches qui lui incombent. Pour cela, nous créerons une antenne de la police municipale à Ainay ou à Sainte-Blandine et nous augmenterons le nombre de brigades à vélo, accompagnées de médiateurs et d’éducateurs.

La vidéo-verbalisation expérimentée sera maintenue et amplifiée pour sanctionner les infractions routières.

Enfin, nous veillerons à ce que des contrôles, et si besoin des sanctions, soient effectués concernant les nuisances sonores, notamment celles liées aux deux-roues motorisés. Nous pourrons, en ce sens, ouvrir un dialogue sur la conversion vers une motorisation électrique.

Un·e maire de nuit

A l’instar de plusieurs villes européennes, comme Berlin ou Amsterdam, nous nommerons un·e maire de nuit, un médiateur assurant la tranquillité du quartier. En lien avec les bars, restaurants et autres acteurs concernés, le ou la maire de nuit veillera à l’ordre public nocturne, au niveau sonore et la sûreté des personnes dans l’espace public.

Ce médiateur siègera, en outre, au Conseil Lyonnais de la Nuit, que nous souhaitons créer sur la ville de Lyon.

Réguler Airbnb

Près de 10% des 20 000 logements de l’arrondissement sont considérés comme vacants, plus que la moyenne lyonnaise. Une grande partie d’entre eux est utilisés pour des locations
temporaires sur des plateformes comme Airbnb. Le 2ème arrondissement est le deuxième arrondissement de Lyon, après le 1er, où la part de logements Airbnb est la plus importante.

Tandis qu’une moitié correspond à des offres non conformes à la règlementation en vigueur, tous mettent sous tension le marché locatif, entrainant à la hausse les loyers des lyonnais·e·s.

Nous souhaitons enrayer cette hausse et faire appliquer, voire durcir, la règlementation, afin aussi d’éviter des milliers de logements « coquille vide sans âme ».

Halte à la spéculation immobilière

Nous souhaitons lutter contre la spéculation immobilière qui, ces dernières années, a fait découpler l’augmentation des loyers et du foncier. Cette situation devient de plus en plus critique
quand moins d’habitants peuvent devenir propriétaires de leurs logements.

Outre les mesures annoncées qui participeront à la régulation de la spéculation, nous utiliserons l’organisme de
foncier solidaire pour faciliter l’accès à la propriété en dissociant le foncier du bâti.

l’équipe du 2ème arrondissement

Valentin Lungenstrass

Diplômé de l’INSA de Lyon et habitant depuis sept ans dans la Métropole, Valentin Lungenstrass est un jeune ingénieur travaillant dans une start-up lyonnaise du numérique.

Comme de plus en plus de jeunes, il fait partie de cette Génération Climat qui s’engage. Il a notamment participé aux deux éditions « jeune » de la COP21 et de la COP23 à Paris et à Bonn (Conference of Youth). Curieux et rigoureux, il signe l’appel « Pour le climat, Pour changer Lyon, Nous sommes prêt.e.s » au printemps pour façonner le programme écologiste des municipales et des métropolitaines.

Fort de ses lectures sur la résilience urbaine et l’adaptation au changement climatique, il contribue aux débats sur la mobilité, la sécurité, l’économie et l’alimentation et anime l’atelier sur les enjeux énergétiques.

l’actualité du 2ème arrondissement

Partagez ces informations avec vos relations :