programme du 9ème arrondissement

les mesures phares

Une mobilité apaisée et sécurisée pour un arrondissement respirable

Le 9e est une porte d’entrée de l’agglomération lyonnaise, et souffre à certains endroits d’un engorgement quotidien, source de pollution de l’air et sonore. Apaiser la circulation dans l’arrondissement est une de nos priorités, en pour cela nous allons :

Réduire le trafic de transit dans l’arrondissement
  • Modification des sens de circulation pour éviter que la rue du Bourbonnais et l’avenue Sidoine Apollinaire soient un itinéraire alternatif à l’A6 entre la porte de Valvert et le Tunnel de Fourvière.
  • Mise en place de plans de circulation contraignants pour limiter le transit par les grands axes du 9e comme la rue Marietton.
  • Renforcement du dispositif de ZFE (zone à faible émissions), qui interdit l’entrée des véhicules les plus polluants.
  • En lien avec le Sytral, étude d’alternatives au parking relais de Vaise, source de saturation des rues environnantes.
Limiter la vitesse et le nombre de voies de circulation
  • Limitation progressive de la voirie à deux fois une voie pour la circulation automobile, pour éviter les congestions liées aux rétrécissements déjà existants et permettre le développement de voies de bus et d’un réseau de pistes cyclables sécurisées.
  • Concertation pour le passage en sens unique de la Grande rue de St Rambert, trop étroite pour absorber un flux bidirectionnel.
  • Comme dans le reste de la ville, passage de la vitesse à 30km/h hors des grands axes de circulation.
Aider les habitant.e.s du 9ème à se libérer de la voiture individuelle
  • Développement d’une offre d’autopartage avec Lyon Parc Auto (LPA) et d’autres opérateurs intégrant des tarifs sociaux pour réduire le nombre de voitures privées ne servant que les week-ends.
  • Incitation à l’abandon de la voiture : comme dans le reste de la Métropole, toute personne qui vendra définitivement sa voiture se verra offrir au choix un abonnement gratuit pendant un an aux transports en commun ou à une offre d’autopartage, ou 500€ d’aide à l’achat d’un vélo électrique.

Vaise est un parking à ciel ouvert, et le stationnement est souvent anarchique dans plusieurs zones de l’arrondissement. Repenser le stationnement permettra de libérer l’espace public pour d’autres usages plus collectifs. C’est pourquoi nous comptons :

Mieux exploiter les parkings existants
  • Étude de partenariats pour optimiser le remplissage des parkings publics et privés existants, comme par exemple le parking Cap Vaise qui est vide la majorité du temps. Couplés à la diminution déjà amorcée du nombre de voiture, due aux changements dans les habitudes de mobilité, ils permettront de reconvertir une partie du stationnement sur voirie.
  • Passage en parking payant sur les zones de stationnement en tension, afin de permettre la rotation des véhicules et éviter le phénomène des “voitures ventouses” qui restent sur la chaussée plusieurs jours ou semaines de suite
Faciliter les livraisons

Création de nouvelles places de livraison pour faciliter la vie des commerçant·e·s et éviter les stationnements sauvages. Leur usage sera également mieux surveillé.

Redonner l’espace public aux habitant.e.s

Lancement d’expérimentations temporaires, à l’image des “supermanzanas” à Barcelone, qui permettront de proposer de nouvelles formes d’occupation de l’espace de voirie, co-construites avec les habitant·e·s et les commerçant·e·s.

La mobilité pour toutes et tous. En lien avec le Sytral et la métropole, nous développerons l’offre de transports en commun en s’appuyant sur le réseau existant : optimisation, amélioration, extension et en proposant de nouveaux modes. Cela passe par :

Améliorer la desserte en bus
  • Augmentation de la fréquence et des amplitudes horaires des bus dès les 24 premiers mois du mandat.
  • Passage du C6 en bus articulé.
  • Réalisation d’un couloir bus intégral rue de Bourgogne permettant aux lignes C6, C14, 2 et 31 de gagner en efficacité dans les deux sens entre Valmy et Gare de Vaise.
  • Réalisation de voies bus et/ou révision des itinéraires des lignes 2, 21 et 31 pour faciliter la desserte du nord de l’arrondissement.
  • Étude des possibilités de désenclavement du quartier de La Dargoire par une desserte en transports en commun.
Lancer de nouveaux projets
  • Étude d’opportunité pour une navette fluviale express permettant relier le Nord de la Métropole à Vaise, Bellecour et la Confluence.
  • Étude de réalisation d’un télécabine entre Gare de Vaise – Plateau de la Duchère – Écully – Techlid.
  • Étude de l’extension du Métro D jusqu’à Industrie.
Rendre les transports en commun abordables pour toutes et tous
  • Gratuité pour les moins de 10 ans et les plus faibles revenus (solidaires 1)
  • Passage de 20€ à 10€ par mois pour les chômeur·se·s, contrats aidés et personnes en situation de handicap (solidaires 2)
  • Passage de l’abonnement de 32,50 à 20€ pour tous les jeunes de moins de 25 ans et étudiants de moins de 27 ans
  • En partenariat avec la Région, intégration tarifaire de la billettique TCL/TER sur le territoire de la métropole, notamment pour faciliter l’intermodalité à Gare de Vaise et Gorge de Loup. Par exemple, un TER relie les gares de Vaise et Perrache en 5 minutes, avec des fréquences importantes.

Nous souhaitons remettre le piéton au cœur de l’espace public. Il s’agit d’améliorer les infrastructures pour faire des la marche le mode de déplacement préféré des habitant.e.s du 9ème, et plus précisément de :

Aménager des parcours sécurisés
  • Sécurisation des passages sous les ponts SNCF et poursuite de l’aménagement des balmes pour faciliter les liaisons piétonnes entre les quartiers.
  • Aménagement d’un cheminement piéton entre le parc du Vallon et le centre de Vaise.
Donner à certaines zones une vocation piétonne
  • Dans les secteurs Place de Paris et Masaryk instauration de zones à trafic limité : réduction de l’accès voiture aux seuls résident·e·s, livraisons et urgences.
  • Piétonnisation de la Grande Rue de Vaise et des rues adjacentes, en concertation avec les habitant·e·s et les commerçant·e·s.
Faciliter et sécuriser les déplacement piétons
  • Réfection des espaces piétons délabrés pour être accessible à tou·te·s, comme sur les quais au nord du stade Boucaud.
  • Sanctuarisation des trottoirs et création de véritables voies piétonnes pour permettre le déplacement sans discontinuité des poussettes, fauteuils roulants, etc.
  • Création de “haltes” apaisées et ombragées, sur les parcours piétons, avec bancs et fontaines à eau, notamment pour les personnes âgées et les familles.
  • Développement d’un système continu de signalisation et de repérage continu et efficace pour les piéton·ne·s, avec panneaux indicateurs des directions, des durées de trajets.
  • Mise en valeur des circuits de promenades urbaines existant ainsi que des points d’intérêt patrimoniaux et naturels remarquables.

Faire du 9ème un arrondissement 100% cyclable : nous multiplierons et renforcerons les pistes cyclables pour pouvoir traverser le 9ème en toute sécurité, ce qui implique de :

Aménager de nouvelles infrastructures cyclables
  • Déploiement du REV – Réseau Express Vélo, avec des parcours rapides et balisés : aménagement d’une piste cyclable bidirectionnelle et protégée sur les quais de Saône de Saint Rambert au Pont Koenig, mais aussi entre Vaise et la Duchère.
  • Aménagement de la rue du Bourbonnais pour permettre un accès sécurisé à Vaise depuis la Duchère et Tassin.
  • Aménagement d’une infrastructure cyclable sécurisée entre le quartier de l’Industrie et la gare de Vaise.
  • Études pour la mise en place de deux remonte-vélos pour accéder à la Duchère et rue Louis Bouquet pour monter facilement sur le plateau de Saint Rambert.
Sécuriser l’ensemble des parcours à vélo
  • Généralisation des double-sens cyclables, en veillant à garantir la possibilité de croisements, et la sécurité des usagers.
  • Sécurisation des croisements entre la voie cyclable des Quais de Saône, et les axes véhicules des ponts Koenig, Clémenceau et Schuman, ainsi que le carrefour du pont Mouton.
  • Étude d’aménagements sur chacun des points noirs identifiés par les associations et les usagers
Faciliter la vie des cyclistes au quotidien
  • Multiplication par 10 du nombre d’arceaux pour les vélos et installation de boîtes à vélo sécurisées pour le stationnement longue durée (parc relais, gares…)
  • Développement des ateliers de réparation et d’auto-réparation qui existent dans notre quartier, à l’image de celui situé gare de Vaise.
  • Gravure gratuite d’un bicycode pour tous les détenteurs de vélo afin de lutter contre le vol, en partenariat avec les ateliers de réparation.

Moins de minéral plus de végétal : pour un arrondissement réellement vert

De la fraîcheur en été. Faisons baisser la température de notre quartier avec le meilleur climatiseur du monde : la végétation ! Chaque habitant.e doit avoir accès à un îlot de fraîcheur à moins de 5 minutes à pied, ce qui implique de :

Végétaliser massivement l’espace public
  • De la vraie terre à la place du béton sur les places bétonnées, à l’image de la place Abbé Pierre.
  • Encouragement des micro-plantations citoyennes sur les trottoirs avec un permis de végétaliser.
  • Étude pour la végétalisation de chaque rue proposée aux riverain·e·s.
Créer de nouveaux espaces verts
  • Recherche d’un arbitrage en faveur d’une extension du parc Montel sur une surface aussi grande que possible. Démontage de l’école provisoire le plus tôt possible, avec comme date butoir 2023.
  • Inversion des priorités dans le développement de l’arrondissement : nous favoriserons les espaces verts et les équipements publics en lien avec la démographie du 9ème plutôt que de grands projets immobiliers dont les répercussions sur la vie de l’arrondissement sont mal évaluées.
  • Modification du PLU-H pour faciliter la création d’espaces verts sur des zones actuellement constructibles, et pour atteindre l’objectif de préserver les espaces non urbanisées (zéro artificialisation nette) à Lyon.

Le 9ème dispose de nombreux atouts naturels au potentiel inexploité tels que les berges de Saône et les balmes. Réapproprions-nous ces espaces ! Pour cela nous prévoyons de :

Aménager les berges de Saône

Co-construction avec les habitant·e·s d’un projet d’aménagement des bas-ports, incluant un questionnement sur le devenir des parkings en bord de fleuve, la création d’une continuité piétonne ou d’espaces naturels sauvages.

Relier les espaces naturels du 9ème
  • Aménagement d’une continuité entre les zones forestières des balmes, pour créer et valoriser une forêt urbaine dans l’arrondissement.
  • Création de liens verts entre les parcs, les balmes et les quais pour la biodiversité mais aussi pour que les habitant.e.s du 9ème puissent profiter de lieux de promenade apaisés.

Dans le cadre du grand plan de biodiversité de la ville, le 9ème arrondissement doit être exemplaire de part la diversité des espèces animales et végétales qu’il accueille. C’est pourquoi nous allons :

Mettre en place un grand plan biodiversité
  • Renforcement de la biodiversité dans tous les projets d’aménagement urbain : mares, noues, haies, limitation de la pollution lumineuse, etc.
  • Définition et mise en place d’actions spécifiques à l’arrondissement pour la préservation et le développement de la biodiversité telle que la création d’abris naturels et artificiels spécifiques aux espèces endémiques (martinets noirs, abeilles sauvages,…).
Mieux (faire) connaitre la biodiversité présente dans le 9ème
  • Réalisation d’un grand inventaire des espèces animales et végétales présentes dans le 9ème avec participation citoyenne et associative via une application dédiée pour le repérage et le comptage.
  • Suivi dans la durée du comptage citoyen, afin d’observer l’évolution des espèces et mesurer l’efficacité des mesures adoptées.
  • Actions de sensibilisation et d’éducation autour de la biodiversité, en lien avec les écoles et les centres sociaux.

S’il n’est pas possible de rendre le 9ème autonome en alimentation, il est possible de réduire sa dépendance et d’améliorer sa capacité de résilience. L’INRA a démontré que 1000 m² permettait de créer une exploitation rentable en permaculture ; soyons pionniers pour développer l’agriculture en ville, et misons sur les potagers urbains comme outils éducatifs et sociaux. Nous comptons donc :

Lancer des expérimentations d’agriculture urbaine
  • Recherche de partenaires pour lancer un projet de ferme pilote afin de démontrer la viabilité d’une agriculture urbaine inspirée de la permaculture et favoriser la biodiversité.
  • À moyen et long terme, modification du PLU-H pour y réserver des zones à vocation agricole.
  • Création d’un verger municipal.
  • Soutien logistique et financier des associations qui développent l’agriculture urbaine : agriculture sur les toits, champignonnière dans les parkings, plantations autogérées dans les espaces publics, ruches.
  • Lancement d’une campagne d’investigation sur la pollution des sols afin d’identifier les terrains contaminés et les mesures permettant d’y remédier.
Permettre à plus d’habitant.e.s du 9ème de pouvoir jardiner
  • Augmentation des espaces alloués aux jardins partagés, ainsi que de leur visibilité via une campagne de communication pour qu’ils soient utilisés par le plus grand nombre.
  • Expérimentation des baux temporaires encadrés et sécurisés par la Mairie, sur des terrains libres vacants, pour l’installation de potagers associatifs.

Une économie engagée au service du climat et du lien social et intergénérationnel

Face aux grandes enseignes deshumanisées et au consumérisme à outrance, nous souhaitons encourager une vie de quartier tournée vers la proximité et l’économie circulaire, source de lien social. Cela implique de :

Ajouter de nouveaux lieux autour d’une économie circulaire et inclusive
  • Création d’un tiers-lieu intergénérationnel permettant à de jeunes entreprises, des associations ou des étudiants d’expérimenter de nouvelles idées, de nouveaux modèles économiques, avec mise à disposition d’une ressourcerie, d’ateliers outillés, d’un fab lab, et d’espaces de partage et de travail. Ce lieu promouvra la mixité sociale et culturelle, notamment via la transmission des savoirs.
  • Dans ce tiers lieu, organisation d’évènements dédiés au recyclage et à la réparation des objets, avec des stands de réparation, cours de bricolage, information sur l’obsolescence programmée et les moyens de lutter contre.
  • Soutien des associations et entreprises qui œuvrent au recyclage, réparation et réemploi d’objets dans notre quartier.
  • Utilisation et création d’espaces de travail partagés et collaboratifs en contractualisant avec les propriétaires de locaux vides et bas d’immeubles non affectés.
Favoriser le commerce local et de proximité
  • Soutien à l’implantation de commerces de proximité dans les quartier en déficit comme au Vergoin ou à l’Industrie.
  • Mise en avant des producteur·trice·s biologiques et locaux·les et de leurs produits en multipliant les marchés alimentaires qui leurs sont réservés : plus de lieux et plus de plages horaires, notamment en soirée.

Notre arrondissement possède le Pôle numérique de Lyon, qui a participé à la modernisation de l’ancien quartier industriel de Vaise, avec l’implantation de leader mondiaux dans les domaines du logiciel, des technologies de l’information et de la communication et des loisirs numériques. Inventons maintenant le numérique de demain qui devra être “responsable” envers la planète et notre société. Pour cela nous comptons :

Encourager les projets innovants et éthiques
  • Incitation au développement de projets numériques responsables socialement et environnementalement : expérimentation de réseaux intelligents dans le domaine public, plateforme d’initiatives citoyennes, aide à la logistique de livraison, logiciels libres, etc.
  • Développement d’un réseau énergétique permettant le réemploi de chaleur des serveurs de stockage de données pour chauffer les logements à proximité.
Permettre l’accès au numérique pour toutes et tous
  • Développement accru de l’éducation au numérique, notamment des jeunes et des personnes âgées.
  • Réduction de la fracture numérique grâce au déploiement des “Pass numériques”.
  • Accompagnement personnalisé en mairie des personnes qui souffrent du passage au numérique pour leurs démarches administratives.

Alors que le taux de chômage dans le 9ème est plus haut que la moyenne de la ville, l’accès à l’emploi est pour nous une priorité. Cela concerne les chômeurs mais également les jeunes, notamment ceux en décrochage scolaire. C’est pourquoi nous comptons :

Faire du 9ème un territoire zéro chômage longue durée
  • Soutien affirmé aux associations qui oeuvrent à l’insertion dans notre arrondissement, ainsi qu’aux entreprises d’insertion par l’activité économique. Nous mettrons en réseau l’ensemble de ces acteurs afin de faciliter leur coordination, et créer une dynamique d’échanges, et mettre en adéquation les besoins des individus, et les solutions disponibles.
  • Candidature du 9ème pour participer à l’expérimentation Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée qui permet d’avoir un effet positif sur l’emploi tout en développant des activités non concurrentielles et d’utilité sociale.
  • Recensement des entreprises d’artisanat ou employant des ouvriers qualifiés dans l’arrondissement qui ont du mal à recruter, pour leur proposer d’accompagner la formation de jeunes ou d’actifs qui souhaitent se reconvertir.
Encourager la réussite scolaire et favoriser l’insertion des jeunes
  • En partenariat avec la Métropole et la région, mise en lien des principaux et des proviseurs avec les acteurs de l’insertion pour participer à la lutte contre le décrochage scolaire
  • Création d’une mission auprès des entreprises, confiée à un conseiller d’arrondissement, pour faciliter la recherche des stages (en 3ème, en BTS, etc…) pour les jeunes de l’arrondissement qui manquent de réseau et de relais auprès du monde du travail.

Un arrondissement où chacun.e se sent considéré.e et en sécurité

Le 9ème arrondissement connaît des problèmes de sécurité récurrents. Nous agirons pour un 9ème apaisé pour toutes et tous avec tous les acteur.rice.s éducatif.ive.s, associatif.ive.s et de sécurité. Préparer la sécurité de demain, c’est faire de la sécurité de manière anticipée, par une prévention volontaire et une présence renforcée sur le terrain d’une police municipale de proximité. Il nous parait donc primordial de :

Renforcer les moyens de prévention
  • Engagement des élu·e·s dans les instances de coordinateur.rice de la sécurité locale avec une volonté affirmée de travailler aux côtés de tous les acteur·rice·s pour porter une politique de prévention de la délinquance et des incivilités efficace.
  • Des moyens et des postes supplémentaires pour une prévention efficace : nous ouvrirons ainsi des postes d’éducateur·rice·s de prévention et de médiateur.rice.s sociaux.
  • Développement de partenariats renforcés avec les associations œuvrant sur le territoire lyonnais pour la prévention des phénomènes de délinquance et de marginalisation, et pour la lutte contre l’exclusion scolaire et sociale.

Donner plus de moyens à la police de proximité
  • Une police municipale renforcée et de proximité, au contact de la population avec une circulation régulière pour une présence rassurante et dissuasive. Une antenne de la police municipale sera implantée dans chaque quartier.
  • Doublement des brigades de police à vélo et poursuite de l’expérience de brigades de police équestres en ville.
Tranquilliser la vie nocturne
  • Création, à l’échelle municipale, du Conseil Lyonnais de la Nuit afin de compléter la Charte de la Vie Nocturne. Il permettra de renforcer la concertation et la structuration de l’ensemble des acteurs et actrices de la vie nocturne, afin de pacifier et améliorer la vie nocturne.
  • Élection d’un.e « Maire de Nuit » pour le 9e arrondissement, à l’image d’autres villes européennes.
Améliorer la sécurité des piétons et des cyclistes
  • Renforcement de la lutte contre le parking sauvage sur les trottoirs et les bandes cyclables.
  • Actions de sensibilisation auprès des automobilistes et des cyclistes, pour garantir la sécurité des piétons.

Nos politiques locales écologistes doivent répondre aux principes d’égalité et d’émancipation de l’individu. Une société écologiste est une société pacifiée où chaque individu peut trouver sa place quels que soient sa couleur de peau, sa religion, son territoire, son orientation sexuelle, son genre. C’est pourquoi nous comptons :

Rendre l’espace public accessible à toutes et tous
  • Engagement pour rendre l’espace public accessible et aménagé pour toutes les personnes, de manière inclusive. Par exemple en intensifiant les marches exploratoires de femmes et de personnes handicapées en milieu urbain, en lien avec les structures qui y participent ou les organisent déjà, afin de mettre en place les solutions adaptées à tou·te·s nos citoyen·ne·s.
  • Mise en place d’une “brigade accessibilité” en charge de réaliser les travaux d’adaptation nécessaires pour les personnes à mobilité réduite.
  • L’accueil en Mairie et dans ses antennes sera accessible pour tou.te.s en tenant compte des problématiques de langage, de la fracture numérique, des handicaps physiques, sociaux ou mentaux
  • Relance de la démarche Ville Amie des Aînés (VADA), par solidarité envers tou·te·s, pour que notre arrondissement s’adapte aussi au défi de la longévité et soit un territoire accueillant à tout âge.
Intensifier la lutte contre les discriminations
  • Soutien aux associations et actions qui luttent contre les discriminations (homophobie, racisme, sexisme, antisémitisme, sexisme, discriminations liées à l’âge ou au handicap) et accompagnent les victimes de violence.
  • Vigilance et démarches afin que les publicités sexistes ou dénigrantes n’aient pas leurs places à Lyon.
  • Soutien à l’accès à des lieux de cultes dignes, via des projets portés par des associations, dans le respect des principes de laïcité, de tolérance et de liberté de conscience.

Le 9ème à hauteur d’enfants

Projet de rénovation de la Sauvagère

Priorité à l’éducation et à l’épanouissement de nos enfants ! Notre quartier a besoin d’un investissement massif dans nos écoles pour répondre aux défis démographiques et climatiques. Nous nous engageons à :

Rénover les écoles du 9ème et en construire de nouvelles
  • Construction de nouvelles écoles, dont à minima une nouvelle à Vaise en plus des projets déjà lancés. Chaque enfant doit avoir accès à une école publique de proximité, à taille humaine, favorisant la mixité sociale et assurant le maintien des fratries tout au long de la scolarité.
  • Rénovation thermique des écoles de l’arrondissement pour améliorer le confort thermique des bâtiment éducatifs, en lien avec le plan d’investissement municipal.
  • Réhabilitation des écoles vieillissantes, comme La Sauvagère ou Jean Zay, pour améliorer les conditions d’apprentissage des élèves, et les rendre attractives.
  • Renforcement du plan canicule pour rendre toutes les écoles, crèches et centres sociaux confortables même en période chaude : brumisateurs, ombrières, salles rafraîchies.
Permettre aux enfants d’avoir accès à de la vraie terre
  • Végétalisation et débitumisation des cours d’école en veillant à utiliser des espèces non allergisantes pour rapprocher les enfants de la nature tout en apportant de la fraîcheur.
  • Développement des actions de sensibilisation à la nature et l’agriculture avec des visites des espaces naturels de l’arrondissement (quais de Saône, Parcs, balmes) et des exploitations actuelles (comme la dernière ferme de Lyon à St Rambert) ou à venir.

Il est nécessaire d’aménager l’espace public pour que nos enfants y trouvent réellement leur place. Ils doivent pouvoir se déplacer en toute sécurité, à vélo, en trottinette ou à pied, et s’y épanouir. Nous comptons donc :

Sécuriser les abords des lieux accueillant des enfants
  • Piétonisation de la voirie devant les écoles et les crèches de façon temporaire ou définitive chaque fois que cela est possible.
  • Aménagement de “zones de rencontre” lorsque la piétonisation est impossible : priorité aux piétons, pas de stationnement et limitation de la vitesse à 20 km/h.
  • Sécurisation des accès aux parcs, centres sociaux, MJC, qui accueillent les enfants en dehors du temps scolaire.
Offrir plus d’espaces de jeux aux enfants
  • Transformation des places délaissées en jardins publics ouverts et disponibles pour des jeux d’enfants.
  • Expérimentation des cours d’école ouvertes en dehors des horaires scolaires, pour offrir rapidement et à moindre coût de nouveaux terrains de jeux aux enfants.

Élevons nos cantines à la hauteur de notre statut de capitale de la gastronomie ! Les repas que nous serviront à nos enfants seront à la fois bons pour leur santé et pour leurs papilles. Cela implique de :

S’affranchir de la cuisine centrale

Décentralisation progressive de la restauration collective pour améliorer la qualité repas et la logique de circuit court. À terme, le 9e aura sa propre cuisine.

Offrir des repas de meilleure qualité
  • Instauration de 2 repas végétariens par semaine dans les cantines et une alternative végétarienne tous les jours.
  • 100% de repas bio dans les cantines des crèches et des écoles, avec 50% des aliments d’origine locale, c’est-à-dire produits à moins de 50km du lieu de consommation.

La petite enfance est une priorité de notre arrondissement qui voit beaucoup de jeunes familles arriver chaque année. C’est pourquoi nous allons :

Créer plus de lieux de garde
  • Création de nouvelles crèches municipales pour accompagner la croissance démographique de notre arrondissement. Chaque famille aura le choix de son mode de garde, entre plus de places en crèches disponibles et des assistant·e·s maternel·le·s travaillant de manière plus collective.
  • Ajout d’un Relais d’Assistant.e.s Maternel.le.s (RAM), lieu de partage de pratiques entre professionnel-les et lieu de vie collective pour les enfants.
Améliorer les conditions d’accueil des enfants
  • Accès à un espace extérieur végétalisé pour chaque crèche et Relais d’Assistant·e·s Maternel·le·s.
  • Formation régulières de toutes et tous les assistant.e.s maternel.le.s, qui devront rejoindre un Relais d’Assistant·e·s Maternel·le·s (RAM) pour le bien-être des enfants. Ces lieux deviendront un espace d’accueil, d’informations sur les gestes écoresponsables à adopter ainsi que sur la santé (notamment sur l’impact des écrans sur les tout-petits) et des ludothèques. Nos bambins doivent pouvoir passer un jour par semaine dans une structure collective.

Un logement et des conditions dignes pour toutes et tous

Le prix des logements s’envole à Lyon et notre arrondissement n’est pas épargné, ce qui pousse de nombreux ménages à chercher ailleurs. Nous assurerons que chacun·e soit en mesure de se loger dans des conditions décentes et abordables, quelle que soit sa situation. Dans ce but nous allons :

Encadrer le prix des loyers

Encadrement des loyers prévu par la loi pour limiter la hausse exagérée des loyers, voire revenir aux loyers médians qui ont été relevés quartier par quartier.

Encourager la mixité sociale et générationnelle
  • Rééquilibrage à l’échelle des quartiers de l’offre sociale, pour promouvoir la mixité sociale et intergénérationnelle tout en assurant une offre location et en accession abordable.
  • Développement de l’habitat partagé, avec la mise en place d’un dispositif d’accompagnement des projets citoyens, pour préserver et accroître la mixité sociale. Nous soutiendrons notamment des projets qui favorisent le caractère intergénérationnel.
  • Mise en place de projets de logement à destination des étudiant·e·s et jeunes travailleur·euse·s,​ avec l’encouragement des projets qui permettent à différents publics de partager des espaces et des rencontres.

Il n’est pas concevable de laisser des personnes dormir dans la rue. Nous utiliserons tous les moyens à notre disposition pour faire de l’accès à un logement et à des conditions de vie digne un droit inaliénable, en nous appuyant sur les citoyen.ne.s et associations acteur·trice·s de la solidarité. Cela implique de :

Permettre à chacun.e dormir sous un toit
  • Ouverture de nouvelles places d’hébergement d’urgence, notamment pour les personnes les plus vulnérables.
  • Amélioration des mécanismes de veille, de diagnostic des besoins et de coordination des acteurs dans la lutte contre le sans-abrisme mais aussi le logement précaire.
Améliorer la prise en charge sur le long terme
  • Développement de l’habitat temporaire dans des lieux vacants et soutien à l’intermédiation locative ou au conventionnement dans le parc privé pour aider l’accès au logement.
  • Soutien et développement du réseau de solidarité existant autour des familles démunies pour trouver vêtements, nourriture, et trouver des solutions à long terme

Chaque étudiant doit pouvoir étudier dans des conditions dignes quels que soient ses moyens. Nous mettrons en place des actions dans ce sens , qui viseront à :

Mieux accompagner les étudiants

Renforcement de l’aide sociale dans les campus de Lyon afin d’accompagner les jeunes dans leurs démarches, trouver des solutions d’urgence, informer et sensibiliser afin de ne plus laisser des étudiant·e·s livré·e·s à eux-mêmes.

Rendre le coût des études plus accessible
  • Développement des colocations intergénérationnelles en mettant en relation les jeunes et les personnes âgées intéressées
  • Gratuité de la carte culture pour tous les 18 – 25 ans et pour tou·te·s les étudiant·e·s, sans restriction d’âge !
  • Amplification des épiceries solidaires sur tous les campus. Les dispositifs existants sont actuellement embryonnaires, nous les développerons et les amplifierons.

L’égalité des chances pour tous·te·s ! La précarité est une double peine : alors que vivre dans des conditions dignes devrait être un droit, le manque de moyens a souvent des conséquences sur la santé, l’alimentation, et l’accès aux droits, qui entraînent des surcoûts et des aggravations des conditions de vie. Nous n’acceptons pas cette situation et comptons donc :

Renforcer l’aide aux personnes les plus précaires
  • Renforcement du partenariat avec les centres sociaux et les associations à caractère social et/ou solidaire.
  • Accroissement des moyens dédiés à l’accompagnement, au suivi des personnes en situation de précarité et qui agira contre le non-recours aux prestations sociales.
  • Distribution de protections menstruelles (durables) pour les plus démunies pour mettre fin à la précarité menstruelle, en lien avec les collèges et centres sociaux.

Un arrondissement et une démocratie vivants

Redonnons à chaque citoyen.ne du pouvoir pour agir directement sur son cadre de vie ! Cela passe par de nouveaux outils à disposition des habitant.e.s, de nouveaux droits, et aussi par une meilleure visibilité de la vie municipale et des échanges plus ouverts et fluides entres les habitant.e.s et les élu.e.s. Cela passe par :

Laisser plus de place à l’initiative citoyenne
  • L’équivalent de 5% du budget d’investissement de la ville sera participatif. Avec l’implication des leurs élu·e·s du 9e, les citoyen·ne·s pourront mener des projets utiles, qui leur ressemblent.
  • Expérimentation d’occupations temporaires d’espaces libres publics ou privés, pour des projets citoyens, dans une durée limitée, encadrés et sécurisés par la mairie.
Permettre aux citoyen.ne.s de participer activement à la vie démocratique
  • Recours aux référendums locaux pour une démocratie directe et à l’écoute des citoyen·ne·s.
  • Redynamisation des conseils de quartiers pour mieux les faire connaître auprès des habitant·e·s du 9 et y assurer une meilleure représentativité, dans le but d’en faire de vrais organes de concertation et de co-construction.
  • Création d’un conseil d’arrondissement des enfants pour qu’ils puissent eux aussi être force de proposition.
  • Création d’une journée citoyenne avec portes ouvertes à la Mairie.

Une société plus démocratique passe par une administration et des élu.e.s exemplaires sur l’égalité femmes-hommes, ce qui implique de :

Avoir un budget qui profite autant aux hommes qu’aux femmes

Instauration d’un budget « sensible au genre » afin d’adopter une approche transversale pour plus d’égalité. Nous pourrons analyser précisément à quel public (homme ou femme) bénéficient nos politiques pour garantir un équilibre notamment en matière d’aménagement.

Promouvoir l’égalité femmes-hommes dans les services municipaux
  • Utilisation d’un langage neutre par l’administration.
  • Respect de la parité tant pour les adjoint·e·s que pour les directeur·trice·s généraux·ales adjoint·es (DGA) et les chef·fes de service.

Soutenons le tissu associatif de notre quartier ! Les associations sont nombreuses et portent la vie sociale, culturelle et sportive du quartier. Nous souhaitons favoriser leur dynamisme, et c’est pourquoi nous comptons :

Simplifier l’installation et la vie des associations du 9ème
  • Création d’une maison des associations avec plusieurs antennes dans les différents quartiers du 9e arrondissement, pour permettre à toutes les associations qui ne disposent pas de local de se retrouver et d’organiser des évènements. Si possible, cette maison des associations sera regroupée avec d’autres lieux à usage collectif et intergénérationnel.
  • Fourniture d’un kit de démarrage aux nouvelles associations : droit aux subventions, carnet d’adresse, liste du matériel et des salles municipales à leur disposition.
Permettre une meilleure coordination de l’ensemble des acteurs

Création d’une instance de dialogue et de coordination entre les associations, ainsi que les organismes de formation, les écoles et les entreprises volontaires, pour favoriser les passerelles et les dynamiques de projets communs. La mairie doit être un relai pour favoriser le lien entre le bénévolat, et l’activité économique formelle ou informelle.

Un arrondissement, des quartiers ; des histoires diverses, un avenir commun : construisons ensemble un imaginaire propre au 9ème arrondissement sans oublier les spécificités de chaque quartier. Nous allons donc :

Rassembler les habitant.e.s du 9ème autour de valeurs communes
  • Concertation avec les habitants pour développer puis déployer une identité commune forte, dans laquelle chacun.e puisse se projeter.
  • Fêtons le 9e ! Ensemble, nous inventerons un temps fort annuel qui rassemblera notre arrondissement.
  • Mise en lumière du patrimoine immatériel et matériel de ce territoire chargé d’histoire et pourtant à l’écart des circuits touristiques tels que l’immeuble Cateland, le Fort de Vaise, ou l’abbaye de l’île Barbe.
Accompagner la transition des quartiers en politique de la ville

En lien avec la Métropole et l’État, poursuite des efforts entrepris pour transformer et relier au reste de l’arrondissement nos trois quartiers “Politique de la Ville”, la Duchère, Loucheur-Gorge de Loup, le Vergoin.

Le sport et la culture accessibles à toutes et tous

Faisons de la culture un levier d’éducation, en améliorant l’accès des enfants à la culture avec des équipements accessibles à tou·te·s ! Les bâtiments institutionnels – comme la médiathèque – sont de beaux outils mais parfois trop intimidants et avec des horaires pénalisants. Faisons sortir les bâtiments de leur écrin, avec des événements hors les murs. Créons de nouvelles occasions pour que le public prenne ses quartiers dans les équipements. Et faisons de la lecture une arme d’instruction massive ! Nous comptons donc :

Multiplier les portes d’entrée à la culture
  • Étude de l’amplification des plages d’ouverture des bibliothèques de La Duchère, St Rambert, et de la médiathèque de Vaise.
  • Amplification des partenariats entre les écoles, les collèges, et les acteurs culturels et artistiques, pour lever les barrières mentales et éveiller la curiosité des jeunes.
  • Étude des opportunités de création de nouvelles structures d’éducation populaire avec les habitant·e·s (notamment une MJC à Vaise) et renforcement les moyens des Maisons des Jeunes et de la Culture (MJC) existantes pour favoriser les projets citoyens.
Délocaliser les infrastructures et les évènements culturels
  • Création d’un cinéma en plein air itinérant à travers le 9e, en valorisant autant que possible les acteurs associatifs et les organismes de formation présents dans le 9e.
  • Bibliobus dédié pour le 9e arrondissement, avec des arrêts plus fréquents et mieux répartis dans les différents quartiers de notre arrondissement.
  • Retour de la fête des lumière dans le 9e pour que chaque habitant.e puisse en profiter pleinement et facilement.
Donner une large place à l’initiative collective
  • Maintien du budget culturel pour affirmer la culture dans sa dimension de service public : renforcement du fonds d’intervention culturelle pour soutenir les équipes de création, les innovations culturelles et la culture de proximité.
  • Valorisation de la culture non dominante, de la mémoire et de la culture des migrations : activités culturelles et de mémoire, travail avec les institutions culturelles signataires de la charte de coopération culturelle pour affirmer la primauté du dialogue interculturel et de la mixité sociale dans leurs programmes.
  • Mise à disposition aux artistes émergents de davantage de lieux de production, notamment de friches dans le cadre de l’urbanisme transitoire et encouragement des résidences d’artistes dans les quartiers prioritaires, comme depuis peu au pied de la Tour panoramique de la Duchère.

Les bienfaits du sports sur la santé ne sont plus à démontrer, et chacun·e doit pouvoir pratiquer la discipline de son choix près de chez soi. Cela implique de :

Permettre la pratique sportive pour toutes et tous
  • Renforcement du soutien aux associations sportives amateurs qui favorisent l’accès au sport à tou.te.s, quels que soient l’âge, le sexe, ou les facultés motrices.
  • Création de chèques sports pour soutenir les pratiques sportives.
  • Création d’olympiades locales et inclusives du sport
Améliorer les équipements sportifs
  • Rénovation des équipements sportifs vieillissants pour améliorer le confort de leurs usagers.
  • Diagnostic dans le but de rééquilibrer les équipements sportifs et la diversité des disciplines en lien avec les autres arrondissements

La sobriété, un enjeu collectif pour une société apaisée

La rénovation énergétique des bâtiments permet d’allier écologie et économie : l’énergie la moins chère et la moins émettrice de gaz à effet de serre, c’est celle que l’on ne consomme pas ! Un partenariat étroit arrondissement / ville / métropole sera engagé pour réduire au maximum la consommation d’énergie des équipements municipaux et privés. Cela implique de :

Rénover massivement le parc de bâtiments privés
  • Création d’une cellule de travail d’arrondissement pour cibler les projets prioritaires, accompagner la démarche, en lien avec tous les acteur·trice·s concerné·e·s. Environ 15 000 logements ont été construits dans le 9e avant 1975, sans isolation.
  • En lien avec la Métropole, rénovation des 30 000 logements de l’arrondissement d’ici 2050 grâce à l’amplification du dispositif ECORENO’V. Un référent local sera identifié pour aider les habitants à y accéder.
Accompagner les ménages vers la diminution de leur consommation d’énergie
  • Amplification de la pédagogie autour des factures énergétiques : économies d’énergie et financières vont de pair, et constituent une porte d’entrée à une sobriété choisie et consciente.
  • Accompagnement personnalisé pour les foyers en difficulté pour détecter les travaux à réaliser et les gestes possibles pour réduire leur consommation énergétique.
  • Renforcement des dispositifs existants (prime air bois) et accompagnement des particuliers vers des systèmes de chauffage moins émissifs de particules
Tripler le budget alloué à la rénovation des bâtiments publics
  • Grand inventaire du patrimoine public du 9e arrondissement avec objectif « bâtiment basse consommation » pour tout le parc en 2050, avec le renouvellement des systèmes de chauffage et d’isolation des bâtiments.
  • Priorité au confort d’été dans les bâtiments publics, avec la rénovation d’équipements inutilisables lors des fortes chaleur, comme par exemple la médiathèque de Vaise.

La municipalité compte s’engager pleinement dans la transition énergétique et écologique. Les équipements publics seront exemplaires, en conciliant achat éthique, écologique, et durable. Avec à la clé des économies d’énergie et de charges d’exploitation ! Pour cela nous allons :

Réduire l’empreinte carbone des équipements
  • Inventaire du matériel municipal selon des critères de développement durable : origine, processus de fabrication, durée de vie, capacité à être réparé, de type et de consommation d’énergie.
  • Remplacement de l’éclairage public (voirie, parcs, bâtiments) par des équipements basse consommation. Une réflexion sur l’extinction partielle, anticipée, ou la modulation de l’intensité sera menée, avec le retour d’expérience du matériel déjà installé, comme par exemple au parc Montel
  • Réduction de la flotte de véhicules et recours à l’autopartage et aux vélos
Conduire un politique d’achats exemplaire
  • Généralisation de l’utilisation de matériaux biosourcés et des solutions bioclimatiques dans les appels d’offre publics.
  • Valorisation autant que possible des fournisseurs locaux, en circuits courts, issus du commerce équitable, zéro déchet, etc. dans les achats publics
Développer des solutions d’énergie renouvelable
  • Développement du réseau de chaleur de La Duchère.
  • Participation aux initiatives citoyennes d’énergies renouvelables locales, en proposant les toits de nos bâtiments municipaux pour des projets photovoltaïques.

La gestion de nos déchets à la source permet de diminuer le coût et l’impact carbone de la collecte et du traitement de ceux-ci. Nous suivrons le principe des 5R du zéro déchet : refuser, réduire, réparer, réutiliser et recycler, et comptons donc :

Faciliter la prise en charge des déchets
  • En lien avec la métropole, facilitation de la prise en charge des biodéchets avec des solutions adaptées à chaque habitat (collecte, composteur individuel ou collectif, comme à St Rambert ou sur le quai Arloing).
  • Création d’une déchetterie mobile, qui permettra aux habitants de l’arrondissement dépourvus de voiture d’avoir une solution pour leurs encombrants.
Multiplier les initiatives inspirantes
  • Un arrondissement exemplaire : mise en place de bonnes pratiques dans les établissements publics, les cantines et les marchés pour réduire le gaspillage alimentaire, valoriser les biodéchets, réduire et mieux gérer les emballages.
  • Expérimentation d’une “rue zéro déchet” autour de la Grande rue de Vaise, à l’image de la rue du Paradis à Paris. Ce projet sera co-construit avec les habitant.e.s, les commerçant.e.s et les associations, mais aussi les acteurs sociaux-culturels du quartier.
Accompagner le changement de pratiques des habitant.e.s
  • Accompagnement des habitant·e·s du 9e : défis Familles Zéro Déchet, implication des centres sociaux, portail d’information et d’échange, campagne de sensibilisation seront autant de leviers utilisés pour inciter à transformer les habitudes de chacun·e.
  • Sensibilisation des commerçants et mise en place d’un réseau de partenaires zéro déchet pour accompagner les entreprises qui le souhaitent dans l’amélioration de leurs pratiques.

l’équipe du 9ème arrondissement

Camille Augey

Ingénieur diplômée de Centrale Paris et militante associative spécialisée dans la transition énergétique, Camille Augey est sensibilisée depuis son enfance à la beauté et la fragilité de la planète.

Parallèlement à la création de son entreprise dans le commerce de vins, l’urgence climatique grandissante la pousse à passer de l’indignation à l’action. Elle décide alors s’investir dans une grande association écologiste dont elle devient rapidement coordinatrice du groupe local de Lyon.

À 29 ans, dont 21 à Lyon, son engagement l’a conduite à être désignée comme candidate dans le 9e, dont elle souhaite faire une référence de l’écologie au service de toutes et tous.

l’actualité du 9ème arrondissement

Partagez ces informations avec vos relations :