Objectif 4 : Zéro déchet – zéro gaspillage

Chaque année, l’ensemble de la Métropole lyonnaise produit près de 530 000 tonnes de déchets ménagers et assimilés, soit environ 16 fois le volume de la tour de la Part-Dieu ! De nombreuses solutions locales existent pourtant pour réduire nos poubelles. Nous devons agir au niveau local rapidement pour endiguer la pollution générée par nos déchets. 80% des déchets brûlés dans nos incinérateurs ressortent sous forme d’émissions atmosphériques actuellement… Nous diviserons par deux le nombre de déchets incinérés d’ici la fin du mandat. Plus largement nous réduirons de 25% la production de déchets. Il s’agit d’une opportunité économique et sociale, puisque nous voulons créer 5 000 emplois d’ici la fin du mandat en lien avec la dynamique zéro déchet. Afin de réaliser notre ambition, nous mettrons en place des actions de sensibilisation et d’éducation pour réduire les déchets à la source ainsi que des mesures pour améliorer le système de tri.

Application des 5R du zéro déchet : réduire, réparer, refuser, réutiliser et recycler

Nous consacrerons 5% du budget Déchets de la Métropole pour des actions de sensibilisation et un accompagnement à la fois des citoyen·ne·s et des entreprises. La Métropole sera exemplaire dans son fonctionnement interne, sur la base des 5R. 

Ouverture d’ateliers de réparation, de réemploi et de conciergerie dans chaque circonscription

Nous soutiendrons les démarches collectives (entrepreneuriales et d’éducation populaire) qui prônent l’économie circulaire, le réemploi et la réduction de nos déchets aux particuliers mais aussi aux artisans et commerçants de nos cœurs de quartier. Accessible à toutes et à tous dans des endroits stratégiques des villes et villages, les citoyen·ne·s pourront faire réparer et trouver des articles de seconde main. Nous aiderons également l’installation de magasins vrac qui offrent des alternatives concrètes et accessibles aux produits emballés.

Ces espaces pourront également être un lieu de lavage de couches réutilisables. Ce détail n’est pas anodin, puisque la fraction hygiénique (comportant les couches, mais également les serviettes hygiéniques, cotons, lingettes…) représente 5% des ordures ménagères, soit environ 19 kg par habitant·e par an.

Expérimentation du retour de la consigne de verre dans la Métropole

Nous favoriserons les initiatives économiques, et permettrons l’installation d’une nouvelle filière.

Instauration d’une démarche écoresponsable par les évènements en partenariats avec la Métropole

En échange de l’autorisation d’occupation du domaine public ils devront bannir les produits à usage unique (vaisselles en plastique jetable etc.), mutualiser le matériel, valoriser les biodéchets etc. Cette démarche sera également appliquée à la restauration collective.

Renforcement du tri à la source des biodéchets
  • Collecte des biodéchets de la restauration collective et de la restauration hors foyer et étude pour l’extension de la collecte à l’ensemble des habitant·e·s.
  • La distribution de composteurs, lombricomposteurs et formation au compostage et jardinage naturel pour les habitats individuels.
  • La diminution de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) pour les copropriétés les plus actives, via une réduction du nombre de ramassages de leurs ordures.
  • La multiplication des points de collectes dans l’espace public. Notamment en installant un compost à proximité de chaque établissement scolaire. La Métropole accompagne le lancement du compost pendant un an, puis ils sont ensuite autogérés par leurs utilisateurs.
Accompagnement des initiatives des habitant·e·s par des moyens techniques, humains et financiers dans leurs changements de comportement

La Métropole répondra aux questions à ce sujet, et également agira sur le terrain pour soutenir les composts collectifs. Nous interviendrons dans les établissements scolaires pour apprendre aux plus jeunes les principes « zéro déchet », et nous étendrons les actions participatives à différentes échelles comme les défis « famille zéro déchet ».

Généralisation des poubelles de tri dans l’espace public.

Chaque habitant·e pourra trier là où il consomme et le secteur de la restauration hors foyer sera accompagné par la Métropole pour une éco-exemplarité.

Recensement des besoins pour de nouvelles poubelles de tri

Avec l’aide des syndics de copropriété afin que toutes et tous puissent trier.

Mise en place des plateformes de récupération des matériaux

L’objectif est de favoriser une filière plus vertueuse. Les déchets du BTP représentent 70% des déchets produits en France, et seuls 35% des déchets du bâtiment sont valorisés selon l’ADEME (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie).

Partagez ces informations avec vos relations :