Objectif 7 : Relance verte de l’économie : au service de l’emploi et des habitant·e·s

Cette crise doit être l’occasion d’une réorientation de l’économie. Les mesures de soutien aux différents secteurs doivent accompagner une réduction de l’empreinte écologique de notre économie, elles doivent en particulier préparer l’avenir des secteurs néfastes à l’environnement par des mesures de redéploiement au profit d’activités durables, et de formation des salarié·e·s de ces filières. La crise sanitaire a mis en lumière la nécessité de modifier nos habitudes de consommation vers une nécessaire sobriété. Nous relancerons une économie qui sera au service de l’humain et de la planète, une économie décarbonée, créatrice d’emplois locaux et prometteuse pour notre avenir commun.

Faire de la Métropole, une collectivité exemplaire :
  • En mettant en place des critères d’éco-socio conditionnalité dans l’attribution des aides aux entreprises : nous établirons des critères d’attribution des aides pour soutenir la transition écologique de l’économie. Les entreprises seront choisies selon leur trajectoire climat (par exemple leurs plans de réduction énergétique, de gestion des déchets, si leurs investisseurs financent l’économie fossile) et selon l’agilité et la démocratie des organisations.
  •  En mettant en place un Schéma de Promotion des Achats Responsables (SPAR) ambitieux intégrant des critères environnementaux et sociaux dans les marchés publics de la Métropole. Avec près d’un milliard d’euros, les marchés publics représentent en effet à eux seuls un levier important pour développer l’économie locale et accélérer la transition écologique.
  • En encourageant le développement de l’économie circulaire par l’utilisation de matériaux recyclés dans les constructions et chantiers métropolitains. 
  • En instaurant des critères d’éco-socio conditionnalité dans l’attribution des subventions versées par la Métropole.
Relancer l’économie par le commerce de proximité

Les commerces et artisans ont été massivement impactés avec une obligation formelle d’arrêt de leurs activités. Nous encouragerons les citoyen·ne·s à renouer avec leurs commerçants, à retrouver la richesse du commerce de proximité, à prendre leur part dans la relance économique locale. Nous rendrons les terrasses gratuites pour les commerçants afin de les aider dans ce contexte de crise. Nous mènerons une stratégie commerciale ambitieuse pour maintenir ou développer l’identité des rues commerçantes et nous entamerons la renégociation des baux commerciaux pour offrir aux habitant·e·s une vraie diversité dans l’offre commerciale.

Dynamiser les cœurs de ville, afin de rééquilibrer la répartition des activités sur le territoire de la Métropole

Nous engagerons des responsables de revitalisation dans chaque bassin de vie, en charge de redynamiser l’emploi et de soutenir les commerçant·e·s de proximité. Les communes de la Métropole ont tout intérêt à coopérer plutôt que de continuer une compétition pour l’attractivité. Ce service travaillera avec les acteurs économiques locaux ainsi que les élu·e·s municipaux. Il s’agira par exemple d’un accompagnement pour accéder au foncier, de la mise en place de projet collaboratif, d’un soutien pour la transition numérique, d’un appui pour la création d’entreprises ou encore l’organisation d’évènements locaux. Nous ferons une Métropole de la proximité et de la cohésion sociale entre les habitant·e·s et les commerces locaux.

Extension du programme Territoire Zéro Chômage de Longue Durée à l’échelle métropolitaine

Ainsi, la Métropole pourra travailler avec les quartiers en difficulté afin de mettre en place de nouvelles entreprises à buts d’emploi. Ces entreprises forment et embauchent en CDI des chômeurs de longue durée pour des missions non concurrentielles et d’utilité sociale. L’expérimentation menée à Villeurbanne Saint-Jean a permis de créer 80 emplois pour des personnes jusque-là très éloignées de tout dispositif d’insertion et qui ont ainsi retrouvé rôle social et dignité.

Faire de la Métropole de Lyon une capitale économique du vélo !

Nous mettrons en place un cluster vélo pour valoriser et encourager le développement de la filière vélo.

Création d’espaces de travail partagés et collaboratifs, des tiers lieux, dans toutes les circonscriptions

Nous faciliterons le travail à distance pour les entreprises et les particuliers. Cela pourra prendre la forme d’espaces pour le travail de « bureaux », mais également des lieux pour des ateliers et espaces de stockage d’artisans, des ressourceries, des lieux d’expérimentation, des conciergeries et des ateliers réparation liés à l’économie circulaire par exemple.

Installation d’un réseau d’hôtels de logistique urbaine

C’est-à-dire des points de relais de livraison et de stockage temporaire de colis et de déchets de chantier, pour accompagner la transition et faire des livraisons vertes. La problématique des livraisons, et notamment du dernier kilomètre, doit être prise en compte dans la mise en œuvre de nos politiques économiques et environnementales

Signature d’une convention avec la Gonette

La Gonette est la monnaie locale lyonnaise. Cette convention permettra de rémunérer à hauteur de 5% nos élu·e·s volontaires, et le paiement en Gonette dans les équipements métropolitains (tels que les musées).

Lancement des “états généraux locaux” de la R&D responsable

Ces états généraux réuniront les établissements de l’enseignement supérieur, entreprises, structures de valorisation de la recherche et citoyen·ne·s pouvant aboutir à un pacte d’engagement ou à la signature d’une charte commune.

Renégociation du pacte métropolitain d’innovation

L’objectif sera de financier des projets de la transition économique et sociale, notamment en coopérant avec les territoires voisins.

Création d’indicateurs de bien être

Ces indicateurs mesureront la qualité de vie des habitant·e·s, leurs besoins et leur satisfaction. Mesurer l’augmentation des richesses par le PIB ne suffit pas, la qualité des politiques publiques prendra en compte l’impact qu’elles ont sur le bien-être de la population.

Développement de la recherche participative au niveau scolaire et périscolaire

Cette recherche participative sera traitera en particulier des thématiques environnementales. Il s’agit de monter des projets avec les enfants où ils récoltent des données pour des recherches scientifiques plus larges.

Soutien à la Chaire Vélo

L’enjeu est de réfléchir aux mobilités de demain.

Développement de la recherche sur les pratiques agricoles de demain et des habitudes alimentaires responsables

En lien avec les lycées agricoles, écoles d’ingénieurs, le centre de ressources en botanique appliquée, les écoles de cuisines et les chef·fe·s étoilé·e·s.

Partagez ces informations avec vos relations :