Objectif 8 : Ancrer l’économie sur nos territoires – relocalisation industrielle et agricole

La crise sanitaire liée au COVID19, avec ses conséquences sur l’économie et sur les habitudes de consommation, a révélé des failles importantes dans l’organisation de notre société. Il s’agit de notre hyper-dépendance au système productif mondialisé. La crise montre aussi ce qui est essentiel et ce qui ne l’est pas, ou moins. Elle a créé un appel d’air vers la relocalisation et la résilience. Il est urgent d’ancrer l’économie dans les territoires. Tant d’un point de vue industriel qu’agricole nous avons trois priorités : la sécurisation de nos approvisionnements (notamment alimentaire), la diversification des sources d’approvisionnement et faire de chacune d’elles un levier de la transition écologique et le changement de modèle, à la fois dans nos manières de produire et dans nos manières de consommer.

Création des Maisons de l’Alimentation

Alors que la précarité alimentaire s’est accentuée à cause du confinement, nous garantirons l’accès à une alimentation de qualité pour toutes et tous. Nous créerons des Maisons de l’Alimentation, notamment dans les 37 quartiers prioritaires de la politique de la ville, afin de distribuer de la nourriture, de former les habitant·e·s et de soutenir les producteurs locaux.  Ces lieux proposeront une aide alimentaire métropolitaine, des ateliers de cuisine collectif ou encore des espaces relais pour la vente en circuits courts.

Relocalisation de la filière agricole et alimentaire

La Métropole lyonnaise présente une faible autonomie alimentaire : à l’heure actuelle, les produits agricoles issus d’un périmètre de 50 km autour de Lyon ne représentent que 4,6% de la valeur des produits agricoles de l’assiette alimentaire des habitant·e·s. Nous accompagnerons donc tous les acteurs de l’écosystème agriculture – alimentation dans leur développement, mais aussi dans leur transition écologique. Par exemple via la création d’un label métropoli’pain pour les boulangeries utilisant de la farine locale.

Constitution d’un service d’accompagnement dédié à la relocalisation industrielle

La crise sanitaire a mis en lumière notre dépendance aux importations et la fragilité de notre système économique. En lien avec les acteurs du secteur industriel local nous définirons une stratégie industrielle visant la relocalisation et la transition écologique des entreprises.  Nous avons les capacités de relocaliser de nombreuses industries dans la région : que ce soit par exemple la création d’un cluster vélo, la valorisation de la filière textile ou la montée en puissance du secteur de la santé.

Lancement d’un achat groupé d’énergie verte locale dans la Métropole

Un achat groupé réunit les citoyen·ne·s consommateurs de gaz et électricité pour se fournir au meilleur prix avec plus d’énergies renouvelables. Par exemple, à Chambéry plus de 1 100 familles ont participé à un achat groupé d’électricité verte, leur permettant d’économiser 172€ par an en moyenne pendant 3 ans !

Lancement d’un projet d’acquisition et de gestion par la Métropole et par les citoyen·ne·s volontaires d’hectares de forêts

Ces forêts pourront piéger le carbone, principal responsable du dérèglement climatique. Et soutien aux pratiques agricoles intégrant les principes de l’agroforesterie et de la permaculture.

Participation aux initiatives citoyennes d’énergies renouvelables locales

Nous soutiendrons par des moyens techniques, humains et financiers le développement des coopératives citoyennes de production locale d’énergies renouvelables. Par exemple, nous proposerons au moins 10 toits pour les panneaux solaires du collectif “Toits en Transition” sur nos écoles et nous installerons des panneaux solaires sur le site de la station d’épuration de Pierre Bénite avec en partenariat avec les citoyen·ne·s. Il s’agit d’un des plus gros consommateurs d’électricité de l’agglomération : 3-4 mégawatt 24h/24h, avec des panneaux solaires, la station pourra produire sa propre énergie !

Accompagnement des initiatives des acteurs privés par des moyens techniques, humains et financiers pour l’installation de panneaux photovoltaïques sur les toitures de surfaces commerciales ou sur les ombrières de parkings d’entreprises.

Partagez ces informations avec vos relations :